Remplacement

J’ai obtenu un remplacement de 4 mois en lycée pro. Du coup, je prépare des cours du matin au soir. J’ai fini mon travail de relevé, enfin, une partie en tout cas, ce qui me laisse le champ presque libre pour travailler sur mes cours. Le programme est intéressant, aussi bien en Lettres qu’en Histoire-Géo, mais c’est vaste et il y a tant de choses à voir et à revoir…

Pas trop le temps d’écrire sur ce blog avec tout le travail qui s’annonce jusqu’à la fin de l’année scolaire (20 h de cours / semaine), mais je vais essayer d’écrire un peu de temps en temps quand même.

Si tout se passe comme nous le souhaitons, nous aurons une nouvelle voiture familiale sous peu. Ça va faire beaucoup de bien ! Sinon rien de neuf. La connexion internet est toujours aussi pourrie ici au fin fond de l’Auvergne, mais on vit avec.

Tout le monde va bien. Les enfants grandissent et deviennent un peu plus autonomes. D’ailleurs, nous avons instauré un système de taches moyennant un peu d’argent de poche en fin de semaine. Ils ont l’air plutôt enthousiastes.

Bon, sur ce, je retourne à mes préparations de cours…

Quelques jours “off”

J’ai été “off” quelques jours. Plutôt déprimée. Je n’ai pas réussi à faire quoi que ce soit. À part écouter de la musique et spammer facebook de messages plus déprimants les uns que les autres. Puis, voilà que je refait surface, et il neige ! J’avais prévu de sortir marcher, mais le froid ne donne pas du tout envie. Je veux le printemps !

J’ai repris le travail. À la fois celui qui nourrit son homme dans l’immédiat et celui pour le concours qui, je l’espère, nous nourrira dans quelques mois. C’est déjà ça. Et la maison est propre grâce à mon homme. Il a été inspiré ce week-end et a passé l’aspirateur et la serpillière. C’est plus agréable maintenant. Reste plus que le linge. Et la vaisselle.

Demain après-midi, je vois ma psychologue et, le soir, mon psychiatre remplaçant. Ça va me faire du bien. Je crois. J’espère. Ils sont bien, tous les deux. Même très bien.

Sinon j’ai décidé de monter à Lille mi-mars. Je vais profiter d’un stage de trois jours puis aller me ressourcer auprès de ma directrice. J’en ai besoin pour renouer avec ma thèse qui prend de la poussière. Et voir des amis ! Mes amis. Ils me manquent. Je ne regrette pas d’être partie au fin fond de l’Auvergne, mais mes amis me manquent.

Le layout de mon blog ne me plaisait pas vraiment, du coup, changement pour un layout que j’aime bien avec une image d’inspiration de Klimt que j’adore. Je vais indiquer l’auteur de l’image aussi quelque part avant de poursuivre avec le boulot.

Malade

J’ai passé une partie de la nuit à vomir. Mal de crâne pas possible. Du coup, on ne s’est pas réveillés ce matin et j’ai dû emprunter la voiture de la voisine pour conduire le grand à l’école. Heureusement qu’elle était là ! J’ai toujours un léger mal de tête qui ne veut pas partir malgré les médocs, mais bon, c’est supportable. Tant que je ne vomis pas.

J’ai réussi à travailler un peu malgré tout. J’aimerais que ça aille plus vite, mais c’est mission impossible. La pile de feuillets à traiter diminue, mais pas du tout aussi vite que je l’aurais souhaité. Et pourtant, je ne fais que ça, je trouve. Je n’ai même pas déjeuné, à part un malheureux yaourt au sucre. Les enfants rentrent dans quatre-cinq heures et il me reste tant à faire ! Je suis fatiguée, mais je n’ai pas le temps de me reposer. Je vais plutôt prendre une douche pour me réveiller en espérant que le sucre et mes médocs fassent effet rapidement.

J’en ai marre de ne pas avoir le temps de souffler ou de m’occuper de la maison. Le linge s’entasse – propre, c’est déjà ça – mais pas plié et encore moins repassé. La vaisselle… ben, elle est à refaire tous les jours, voire plusieurs fois par jour, et ça ne se voit jamais que, l’instant juste avant, elle était propre. Ne parlons pas de passer l’aspirateur ou la serpillère… les moutons de poussière se reproduisent dans tous les coins et recoins.

Bon. J’avais parlé d’une douche. Allons-y. Avant de ré-attaquer le travail.

Excellent week-end

J’ai passé un super week-end. Les enfants se sont fait inviter samedi et dimanche (et moi aussi du coup) et j’ai papoté, joué à des jeux de société (Seven wonders), bu plein de café et papoté encore plus. Les enfants étaient ravis de jouer avec leurs copains et ravis aussi d’avoir été invités tous les deux à chaque fois.

Pas vraiment un week-end de travail donc… Il va falloir que je me rattrape ce soir et cette nuit. Mais ça valait le coup, j’avais vraiment besoin d’un week-end sympa, loin de l’ordinateur, à voir des amis. Nous avons eu beaucoup de chance en nous installant ici et que le grand se fasse aussi rapidement de très bons copains avec des parents avec qui nous avons bien sympathisé. Ayant beaucoup déménagé, petite, je sais que ce n’est pas toujours évident de s’insérer dans un nouveau milieu, ni pour les enfants ni pour les adultes. C’est la raison pour laquelle la prochaine fois que nous déménagerons sera la dernière. Nous aimerions vraiment acheter une maison la prochaine fois et y rester genre trente ou quarante ans…

Nous rêvons d’une grande, très grande, maison familiale où nous pourrons accueillir amis, enfants et petits-enfants. Avec un grand jardin et des arbres fruitiers et quelques plantes aromatiques et tout ça. Un bureau pour chacun et un grand atelier pour mon homme. Ce sera la prochaine étape. Vivement qu’on obtienne chacun un CDI (avant que ces contrats ne disparaissent), un crédit immobilier et une belle baraque rien qu’à nous !

Besoin de dormir

J’ai tant besoin de dormir que c’en devient compliqué. Très compliqué. Ce matin, j’ai même réussi l’exploit de me rendormir avant d’emmener le grand au bus scolaire… Heureusement, il m’a réveillée à temps.

Après avoir emmené les deux enfants au bus, j’ai de nouveau eu besoin de dormir. J’ai dormi, puis j’ai un peu tricoté pour me tenir éveillée. Ensuite, retour au boulot. Ça n’avance vraiment pas aussi vite que je l’aurais souhaité, mais bon, ça avance, c’est déjà ça. Je vais essayer de faire 15 pages aujourd’hui. Avec l’accent sur “essayer”. Mais avant ça, place aux soldes. Le grand a des trous à ses chaussures, autant profiter des soldes pour lui trouver une nouvelle paire de baskets.

Au fait, j’ai reçu le colis de maman hier ! Plein de laine, de bonbons et des étiquettes avec les prénoms pour les enfants. Elle avait même décoré les emballages pour les enfants, c’était très mignon et les enfants étaient ravis. Quand elle est gentille, comme ça, j’en viens à me demander si c’était vraiment vrai, ce que j’ai vécu, petite. C’est déconcertant. Je me demande quand c’est qu’elle va redevenir comme avant.

 

Mal au dent

Image piquée de Natural Knowledge 24/7.

J’ai mal. Mal, mal, mal. La dentiste est douée pour faire en sorte que ça ne fasse pas mal pendant l’intervention, mais qu’est-ce que ça douille une fois l’anesthésie partie ! Je me suis réveillée plusieurs fois cette nuit. Les médocs, ça aide un peu, mais après le mal revient en force.

J’essaie de travailler, mais c’est difficile avec cette douleur. J’avance péniblement, ligne après ligne. Au moins, je n’ai pas de rendez-vous ou quoi que ce soit aujourd’hui. Il faut juste que je tienne jusqu’à ce que les enfants aillent à l’école, après je peux m’effondrer sur le canapé en attendant que la douleur passe, une fois de plus.

Retour en selle

Ça va mieux, beaucoup mieux. Je suis toujours fatiguée, mais j’ai fait une nuit complète de sommeil, j’ai fait un peu de rangement et j’ai repris le travail. Hier, j’ai vu ma psychologue et ça m’a fait beaucoup de bien. Nous avons parlé de l’importance de prendre soin de soi, pour soi. Enfin, pas que de ça, mais en partie. Et ça m’a boostée. J’avais vraiment la flemme ce matin, je ne voulais pas amener les enfants au bus (ils sont suffisamment grands pour y aller de leur propre chef), mais je l’ai fait quand même. Parce qu’ils aiment bien ce petit moment de tête à tête avec moi et parce que ça me fait du bien de sortir.

Avec un peu de chance, je vais recevoir un colis de maman aujourd’hui. Avec des bonbons du pays, des épices et des petits trucs pour les enfants. Notre relation est meilleure depuis plusieurs mois, ça fait du bien. Les cicatrices sont toujours là, mais nous arrivons à communiquer et à nous entraider depuis quelque temps. Elle essaie d’être là pour moi et j’accepte ses tentatives, même quand elles ne sont pas à la hauteur de ce que j’aimerais qu’elles soient. Comme hier. Quand je lui ai dit que j’avais du chagrin parce qu’on venait de passer la date anniversaire de décès de notre tout-petit, elle m’a dit de penser au fait que j’avais quand même deux magnifiques enfants bien vivants. Oui. Oui, mais… ça n’enlève pas l’horreur de sa mort et le chagrin de ne pas l’avoir auprès de nous, avec nous. Je ne le lui ai pas dit, ça ne servait à rien. Difficile de lui faire comprendre que le deuil d’un enfant est le deuil d’une vie. Même si ça ne veut pas dire être triste tout le temps.

Sinon rien de neuf. Je vais aller chez le dentiste cet après-midi, puis continuer sur ma lancée et bosser. Peut-être sortir marcher un peu tant que j’y suis.

Besoin de récupérer

Je suis fatiguée. Je tombe littéralement de sommeil matin, midi et soir. Il faut que je travaille, mais je n’y arrive pas. Je suis épuisée et le sommeil n’est pas récupérateur. Ce serait bien que je sorte marcher, mais je n’ai pas la force. Cercle vicieux… Je n’ai qu’une envie : manger. Ou deux : manger et dormir. Manger du chocolat (mais il n’y en a plus à la maison), manger des céréales avec du yaourt (mais je ne peux pas manger que ça tout le temps) et dormir. Alors je dors. Je prends Mistygris, le chat qui n’est jamais bien loin de moi, et nous dormons tous les deux. Nous roupillons l’un contre l’autre sur le canapé dans mon bureau où je suis censée travailler. C’est passager, je le sais, mais c’est pénible quand même. Parce que je voudrais sortir, être avec les enfants, faire le ménage et travailler. Oui, j’ai même envie de faire le ménage !

Sinon j’ai écrit un livre. Il est presque fini. Ça aussi, ça m’a épuisé. C’était libérateur, ô combien libérateur, mais épuisant. Un livre autofictionnel sur ma thérapie des douze dernières années avec des allers-retours dans le passé. J’espère pouvoir le publier prochainement. Ma psychologue de l’époque a même rédigé un très beau postface, je lui en suis vraiment très reconnaissante. Pas uniquement pour ça, mais pour tout ce qu’elle m’a apporté tout au long de ces années. Ce livre, c’est l’intégration de ma thérapie avec elle et j’en suis vraiment fière. Même si ça m’a épuisé. Reste à trouver un éditeur…

Le petit poi(d)s

Image piquée de Natura Frost.

Les petits pois, je ne suis pas fan. Le petit poids, si. En tout cas, un plus petit poids que celui que la balance affiche à ce jour. Non pas parce que je souffre d’anorexie, comme l’auteur de l’excellent livre La Faim du Petit Poids, Alexia Savey, mais d’une obésité qui s’est installée très rapidement à cause (1) de mes traitements anti-dépresseurs (2) de la sédentarité et (3) de l’arrêt d’un allaitement long (30 mois, quand même !).

Mais j’ai décidé de me prendre en charge et de perdre, petit à petit, ce surplus de poids qui me gène physiquement et psychiquement, avec la mauvaise image de soi qu’il engendre. Fini les plats trop gras et trop sucrés, fini les chips et autres gâteaux apéro, fini la malbouffe ! Je vais sortir marcher, un peu tous les jours, en tout cas en semaine. Le week-end, je ne promets pas.

Je vais peut-être même essayer de courir un peu. Aidée par les posts de mes copines joggeuses du dimanche. Mais pas tout de suite. Non, d’abord marcher, marcher et encore marcher. Rentrer dans le cercle positif du petit poids. Me sentir plus légère, ce serait déjà un bon début.

J’ai déjà pris contact avec une structure de soutien aux personnes obèses, avec un médecin spécialisé, une nutritionniste et une psychologue, pour me faire aider. Pour vite faire de la place au petit poids.

Psy remplaçant

Premier rendez-vous avec mon psychiatre remplaçant aujourd’hui. Ça s’est très bien passé, il m’a l’air d’être compétent et empathique. Nous avons beaucoup parlé de mes différentes stratégies de défense, notamment le sommeil, avant d’élaborer des buts pour les prochains mois et de vérifier mon traitement. On va travailler sur mon image de moi, pour que je me sente mieux avec moi-même, et il va m’inciter à reprendre une activité physique pour favoriser une perte de poids et parce que ça fait du bien de sortir, tout simplement.

Sinon rien de particulier. J’ai retrouvé un blog que j’avais créé il y a de cela six mois et que j’avais complètement oublié (si, si !). Je l’ai repris, déménagé et remanié. Puis j’ai créé celui-ci. Afin de suivre le conseil de notre ami québecois et écrire un peu tous les jours. Quand je dis “notre” ami, c’est celui des bénévoles dans les associations Nos Tout-Petits et Aldaé. Je compte bien aller à son prochain stage au mois de mars.

J’écoute toujours des morceaux bien tristes. “Mad World” entre autres. Mais aussi “In My Veins” ou “The Story“. Ça me fait du bien, ça me permet de mettre des mots sur mes maux et un baume cicatrisant sur mes plaies.

Demain, il va falloir que je me remette à travailler. J’ai pris du retard ces derniers jours, il va falloir y remédier. Donc, oui, je vais travailler demain. Un dimanche.